jeudi 29 juin 2017

CHEMTRAILS : ENTRE CANCER OU FIN DE LA CIVILISATION, ILS NOUS FAUT CHOISIR LE MOINDRE MAL...

Dernières Nouvelles du Dragon

La fin annoncée des Chemtrails !
Résultat de recherche d'images pour "chemtrails"
La théorie des chemtrails /ˈkɛmtreɪls/ avance que certaines traînées blanches créées par le passage des avions en vol sont composées de produits chimiques délibérément répandus en haute altitude par diverses agences gouvernementales pour des raisons dissimulées au grand public. Cette théorie est rejetée par la communauté scientifique qui indique qu'il s'agit de simples traînées de condensation...
Le terme ne s’applique pas aux autres formes d'épandage aérien comme l'épandage agricole, l'ensemencement des nuages, l'écriture dans le ciel ou la lutte contre les incendies.
Les partisans de cette théorie du complot avancent que ces dispersions de produits chimiques sont destinées à lutter contre le réchauffement climatique, à réguler la population, à modifier le temps, à effectuer des recherches militaires sur la guerre chimique et qu'elles sont la cause de maladies.

Merci à Rorschach pour la 
précision de sa vidéo !

En complément de la vidéo de Rorschach

Résultat de recherche d'images pour "marie july jahenny"
Marie-Julie Jahenny est une mystique catholique française des xixe siècle et xxe siècle, née à Blain, près de Nantes, le 12 février 1850 et morte le 4 mars 1941 à La Fraudais, près de la même ville. Marie-Julie Jahenny est connue pour ses apparitions et stigmates. Elle faisait partie du Tiers-Ordre Franciscain, en tant que laïque. Sa maison à La Fraudais a été transformée en sanctuaire, qui porte son nom, à Blain, où elle est enterrée. Une association, «Le sanctuaire de Marie-Julie Jahenny», présidée par le Marquis de La Franquerie, a été créée.
Résultat de recherche d'images pour "marie july jahenny"

LES PROPHÉTIES DE MARIE-JULIE JAHENNY
Association : "Le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny"
Maison de Marie-Julie

 

"Depuis le Calvaire jusqu'à ce jour, je n'ai jamais remarqué tant de grâces, autant qu'il en est réservé pour ce lieu où je vous parle." (Notre Dame le 16 mars 1880).
"Il sera élevé, ici, un Sanctuaire à la Croix et à Marie Immaculée. Ce lieu sera vénéré par tous. J'y guérirai et le corps et l'âme par une eau vive. " (Notre Seigneur le 14 août 1875)
"Voilà, dit-il, la grandeur de mon sanctuaire, j'en serai l'architecte. Allez, mes Anges et mes Séraphins, taillez vous-mêmes les pierres pour commencer."
"Voilà comment les œuvres secrètes arriveront doucement à leur terme, après avoir été longtemps voilées en apparence."
"Je demande à être dans le Ciel la petite commissionnaire de mes amis auprès du Bon Dieu" (Extase du 4 mars 1884)
Marie-Julie naquit à Blain le 12 février 1850. Elle avait trois ou quatre ans lorsque la famille JAHENNY vint se fixer à La Fraudais. Enfant très pieuse, elle se distinguait par un grand amour de la prière et de la Croix.
À l'âge de 23 ans, alors qu'elle allait mourir, la Sainte Vierge lui apparut à 2 reprises pour lui annoncer sa guérison et lui demander si elle acceptait de porter les Plaies de son Divin Fils. La stigmatisation commença le 21 mars 1873. Depuis ce jour jusqu'à sa mort, elle vivra la Passion de Notre Seigneur tous les vendredis. Marie-Julie présente la stigmatisation la plus complète qu'on n'ait jamais vue.
Sa vie ne sera plus qu'une succession de faits surnaturels : visions célestes (elle eut des colloques avec plus de 200 Saints et Saintes), prophéties sur l'avenir de l'Eglise et de la France, communions miraculeuses, jeûne absolu, discernement des objets bénits et non bénits ...
De son vivant Marie-Julie reçut l'appui de Monseigneur Fournier et de Monseigneur Le Fer de la Motte, évêques de Nantes, qui la visitaient. Mgr Fournier se rendit à Rome pour défendre sa cause.
Il demanda au Docteur Imbert-Gourbeyre, spécialiste en stigmatisation d'étudier le cas de Marie-Julie, il décréta : "Il n'y a pas de fraude à la Fraudais."
Victime pour la sainte Église, la France et les pécheurs, Marie-Julie s'éteindra paisiblement à la Fraudais le 4 mars 1941.
Marie-Julie JAHENNY 1850 — 1941 Tombe de Marie-Julie dans le cimetière de Blain.
Prendre la porte côté Blain, allez jusqu’au Calvaire (parcelle D), tourner à droite jusqu’à la 4ème allée puis prendre à gauche. La tombe de Marie-Julie est la 11ème de la rangée.
Marie-Julie est enterrée avec sa sœur Angèle. C'est de cette sœur que furent dites ces paroles de Notre-Seigneur à Marie-Julie, en extase, la dernière année de sa vie :
"Souviens-toi que Je garde intact dans la terre le corps d'une sœur."
Extase du 2 janvier 1885 concernant la mort de Marie-Julie et le voile du saint Ciboire posé sur elle au cours d'une extase : "Je veux l'emporter dans la terre".
 Jésus lui dit : "Ma fille, Je cacherai mon Cœur sous ce voile et Il ira vivre dans ton cœur. Ton cœur battra comme avant. Jamais ton amour ne se ralentira : tu n'oublieras pas mon Nom sous la planche du cercueil ; le souffle de vie de mon Cœur sera transplanté à l'intérieur du tombeau."
Comment venir à La Fraudais ?
Allez à Blain qui se situe sur la voie express entre Nantes et Rennes. Puis dans Blain, prenez la direction de Laval (N 171). Après avoir passé le dernier rond-point, (vous trouverez sur votre gauche un magasin Point P), en haut de la côte prenez la 1ére route sur la gauche, qui vous conduira à La Fraudais. 
 
  
Prophéties déjà réalisées
Dès 1877 Marie-Julie annonce :
-     La mort du Comte de Chambord (qui devait sauver la France et transmettre le trône à l'héritier légitime).
-      Le 15 septembre 1881, elle annonce toutes les circonstances de la mort de Mélanie Calvat, la bergère de la Saiette (elle mourra le 15 décembre 1904).
-      Elle annonce l'éruption du Mont Pelé à la Martinique, puis la décrit à l'heure même où elle se produit.
-   Elle prophétise les deux premières guerres mondiales et la guerre d'Algérie.
-               L'avortement, et ses conséquences.
Prophéties à venir - Signes précurseurs
1.        Marie-Julie nous a annoncé le chômage, l'insécurité dans les villes, la libération des prisonniers, la déchristianisation, des bouleversements climatiques, d'affreux tremblements de terre, et tout ce que nous vivons aujourd'hui :
2.    "Les desseins de ceux qui dirigent la France ont résolu d'enlever à l'ouvrier tout travail, tout emploi..."
3.        "Beaucoup de coureurs appellent les ouvriers à la révolte, à cause du manque de travail qui est leur pain de chaque jour."
4.        "Les petites villes comme les grandes seront perdues par des groupes d'ouvriers qui n'ont ni asile ni refuge..."
5.    "La France deviendra mahométane ..."
6.         L’heure de Dieu n’est pas loindit Saint Michel, cette terreur profonde fera ressortir le triomphe de la nouvelle France. Mais ce triomphe ne peut venir avant que la Justice ne se soit appesantie sur cette terre gâtée.
N’attendez rien de celui qui règne comme roi et qui, aujourd’hui, est assis dans le même fauteuil que les autres : fauteuil qui ne porte aucune marque d’un pouvoir spécial et plus grand.
Sa pensée est accordée à la pensée des autres, sa parole à leur parole, sa volonté à leur volonté. Sa puissance et ses pouvoirs ne sont pas plus que ceux de celui qui est le dernier. N’attendez rien de ce côté : il ne mérite pas plus de respect que tout le reste.
Dans la tempête, sa voix criera aussi fort que les autres, contre tout ce que Dieu a établi... Il n’y a pas de fermeté en lui : ils l’ont mené ; ils l’ont dirigé...
Voilà le portrait de cet homme : c’est un poteau de boue. Plaignons-le, mais n’y pensons guère.
- Je n’y pense point, bon Saint Michel.
Pour ramener le Roi choisi et destiné par Dieu, il faut que tous ceux qui sont à présent soient balayés. (29 septembre 1878).
7.     "Des pluies torrentielles entraînant de grands retards dans les cultures seront un des signes précurseurs de cette révolution."
8.       "La grande révolution universelle. En sortira d'abord en France : c'est elle qui, la première, marchera à l'abîme et aussi à la résurrection."
9.     "Il faut que le règne du péché finisse. Jamais la terre et le monde n'auront été en semblable état. Il faut en finir, ou bien toute âme se perdra !"
10.  "Il y a du mauvais monde partout, et Dieu connaît le fond de tous les cœurs. Chaque endroit est désigné par le Doigt de Mon Fils, sur la page d'un livre caché sous Sa tunique.
11.  Sa Miséricorde serait prête à se laisser toucher, mais si peu d'âmes prient, un si grand nombre l'outrage." (24 mars 1881)
12.    "Je vois dans le soleil, qu'on veut maintenant imposer une loi, partout s'il est possible : c'est la profanation du jour Saint. Cette profanation, on cherche à l'établir régulièrement, partout et sur tous les points.
Mission de Marie-Julie
1.     "J'ai voulu prévenir mon peuple, pour qu'il ne soit pas surpris."
2.     "Attendez dans la confiance et l'espérance. Douter, ce serait M'offenser."
3.     "Sois sûre, France, les jours et les heures sont marqués dans Mon Cœur; encore un peu de temps et J'accomplirai Mes promesses !"
4.     "J'avertirai Mes amis par des signes de la nature. Je les préviendrai."
5.     "Je saurai protéger tous les miens. J'ai fait placer l'échelle qui conduit de la terre à Mon Cœur, route préparée pour les temps malheureux."
soleil

Pourquoi le soleil n’est plus jaune comme avant ?

Réponse ici : https://bengarno.wordpress.com/2016/07/19/pourquoi-le-soleil-nest-plus-jaune-comme-avant/

vendredi 16 juin 2017

DERNIERE MINUTE : AFFAIRE GREGORY, MURIELLE BOLLE EN GARDE A VUE...

Résultat de recherche d'images pour "gregory"

Dernière minute :
Murielle Bolle a été interpellée ce matin à son domicile des Vosges (Info LCI du 28/06/2017)

Trente-deux après l'assassinat du petit Grégory, l'une des plus grandes énigmes criminelles du siècle, deux membres de la famille, le grand-oncle, Marcel Jacob, et sa femme, Jacqueline Jacob, ont été mis en examen ce vendredi pour enlèvement et séquestration suivie de mort. 

Mais tout cela est-il bien sérieux ?

Quand j'ai entendu parlé de la réouverture de l'enquête, j'ai attendu tranquillement la suite des événements et je n'ai pas été déçu.

En effet j'avais 32 ans à l'époque, et Dieu sait que je fais parti des millions de français, qui horrifié, ont suivi l'enquête de près à l'époque, sans que jamais année après année, nous ne puissions avoir le moindre éclaircissement... 

De lassitude en lassitude, j'avoue avoir abandonné tout espoir, la "nullité" à l'époque, de la gendarmerie, des différents juges en charge de l'affaire, ainsi que de la police judiciaire, m'ayant ôté définitivement tout espoir de connaître la vérité un jour. 

Et voilà que pour des raisons que j'ignore, que des "fonctionnaires", soucieux peut-être de se faire un nom à peu de frais, relance cette affaire en pleine Législative, je ne suis pas sourcilleux mais quand même...

Bref, aucun élément scientifique, aucun élément matériel, n'est venu rajouter un quelconque crédit à ce meurtre, datant quand même de 33 ans, sinon deux personnes, qui auraient fait des repérages, dont un homme qui aurait porté moustache et une vague lettre, à laquelle on peut faire dire tout et n'importe quoi, car depuis quand, la graphologie est-elle une science exacte ? (L'expertise en écriture n'est pas une science. c'est un domaine fragile...Donc scientifiquement parlant, on sait qu'une expertise en écriture n'est pas une preuve irréfutable, et même qu'à la fin du rapport d'expertise, les doutes demeurent...).

Mais comme l'a très bien dit l'avocat de l'accusé, dans la vallée de la Vologne en 1984, il y avait 8 hommes sur 10 qui portaient moustache à l'époque. Il va donc falloir arrêter toute les hommes de la vallée de la Vologne ?

Entendez moi bien, il ne s'agit pas ici de discréditer la justice ou de disculper le couple, le problème n'étant pas la...Le "gros" problème, étant que nous sommes encore dans un état de droit et que la, que ça plaise ou non, on a mis en examen et incarcérés pour 4 jours, deux personnes sous le simple prétexte de la simple "suspicion", aucun élément nouveau aucune preuve ne venant étayer ce pur déni de justice, alors excusez moi, mais ça fait peur quand à l'état de notre justice, qui visiblement, semble plus téléguidée par des objectifs "médiatiques", que réellement soucieuse de découvrir la vérité.

Résultat de recherche d'images pour "muriel bolle jeune"
Une personne, sait  peut-être la vérité sur le meurtre du petit Grégory Villemin, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière des Vosges, la Vologne, le 16 octobre 1984, la jeune Murielle BOLLE qui est revenue sur ses déclarations, qui accusaient son beau-frère, Bernard LAROCHE, du meurtre de Grégory. 




L'Humanité, compte rendu du 4 décembre 1993 :  
http://www.humanite.fr/node/68850


DEPUIS le premier jour du procès de Jean-Marie Villemin, Me Garaud ne fait pas mystère de sa ligne de défense. Pour aboutir à la culpabilité de Laroche, il lui faut atteindre Murielle Bolle, sa jeune belle-soeur. «Murielle, tout est là!», s'était-il alors écrié. Il n'est donc pas étonnant que l'avocat suggère encore et toujours que l'adolescente de 1984 a accompagné Bernard Laroche pour enlever le petit Grégory, le 16 octobre.
En neuf ans, Murielle Bolle a tout naturellement grandi et pris de l'assurance. A la barre, elle se défend farouchement et ne concède rien. 
Vous voulez à tout prix me faire dire que Bernard a tué Grégory. 
Vous avez voulu aussi le faire croire à Jean-Marie, que c'était lui. C'est pour ça qu'il est dans la cour d'assises aujourd'hui, répond-elle à Me Garaud.
Le président Ruyssen donne ensuite la parole à l'accusé, Jean-Marie Villemin. Dans un premier temps, celui-ci n'a pas de question à poser à Murielle Bolle : 
«Je veux pas l'enferrer dans son mensonge», dit-il.
Puis, se tournant vers la barre, il s'adresse directement à Murielle : «Tu as deux enfants. Je sais que tu aimes les enfants. Tu en as un qui a quatre ans, c'était l'âge de Grégory. Aujourd'hui, Grégory devrait avoir treize ans. Il faudra plus tard que tu puisses regarder tes enfants en face. Je te plains, avec un secret pareil.
Murielle réitère sa version des faits : 
«J'étais pas avec Laroche. J'étais dans le car.»
Bien agrippée à la barre, Murielle reste campée sur ses positions depuis le début de la semaine. Le jour de la disparition de Grégory, elle a pris le car de ramassage scolaire à la sortie de son collège de Bruyères pour se rendre à Aumontzey chez sa tante «Louisette». 
Si elle a accusé Bernard Laroche devant les gendarmes, c'est parce qu'ils avaient fait pression sur elle et que ses déclarations lui ont été extorquées. «J'avais peur», ne cesse-t-elle d'affirmer. 
Mais ses craintes d'alors sont apparues en opposition avec les témoignages des gendarmes cités à comparaître jeudi. Le président Ruyssen interroge Murielle sur les dépositions des militaires. Le colonel Chaillan, le commandant Sesmat, les gendarmes Lamirand, Bardot et Lachaussée sont là côte à côte sur le banc des témoins, écoutant religieusement. 
Les avocats de la défense mettent en avant les contradictions, reviennent sur la déposition du médecin de Bruyères qui l'a trouvé «souriante et détendue» à l'issue de son audition à la gendarmerie de Bruyères le 3 novembre 1984. 
Ils insistent également "sur ces collégiennes" qui n'ont pas vue Murielle dans la navette et celles qui, à l'inverse, l'ont vue monter dans une voiture conduite par un homme...
Murielle Bolle affirme toujours: J'étais dans le car, j'ai accusé Bernard Laroche devant les gendarmes parce que j'avais peur.
Résultat de recherche d'images pour "Jean Ker + grégory"
Changement de registre dans l'après-midi avec l'audition du patron de «Paris Match», Daniel Filipacchi, que les jurés n'attendaient plus. Me Prompt tenait à l'entendre sur le rôle joué par «Match» et le journaliste "Jean Ker" (ci-dessus), dans l'affaire Grégory.
 Son rôle est très controversé. On sait que, la veille de l'assassinat de Laroche par son cousin Villemin, le journaliste passe une partie de la nuit avec l'accusé et sa femme Christine. Il leur fait entendre les enregistrements des procès-verbaux des interrogatoires de Murielle Bolle, la nièce de Bernard Laroche. Celle-ci (elle s'est rétractée ensuite) accuse Bernard Laroche d'être l'assassin. «En entendant ça, dit Christine Villemin, on a eu l'impression de voir partir Grégory.» Pas de doute pour les deux parents. Entre ce que leur ont dit les gendarmes et ce que vient de leur faire entendre le journaliste, leur conviction est faite : le cousin Laroche est bien le criminel.
article complet : http://www.humanite.fr/node/68850
Le patron Filipacchi ne s'occupe pas de cuisine: «Je ne lis jamais «Paris Match» avant parution, je n'interviens pas dans la marche de la rédaction.» Et selon lui les répercussions commerciales ont été nulles. En 1986, les numéros de «Match» consacrés à l'affaire se seraient traduits par une baisse de 4,5%. Un quart d'heure aura suffit.
Résultat de recherche d'images pour "muriel bolle + photos"
Murielle, avait-elle dit la vérité lors de son premier témoignage qui incriminait Bernard Laroche ? 
Peu importe pour le moment, car avec si peu de preuves, je ne connais pas un tribunal qui condamnera le couple, les avocats auront vite fait de réduire en bouillie, ce simulacre d'enquête, dont le but véritable, m'échappe encore...d'autant qu'à ce jour, on ne sait toujours pas comment le petit Grégory a été tué ? Un comble quand même, les avocats de la défense, vont se régaler devant le jury...