samedi 12 août 2017

ÎLE DE GUAM : ATTAQUE NUCLÉAIRE IMMINENTE ? REVUE D'EFFECTIFS...

À l'intérieur de la force aérienne de Trump et des bases navales sur Guam
Les fusils sont chargés, les avions de combat F-16 s'allongent le long de la piste prêt à s'envoler à tout instant et les militaires, comme leur devise l'affirme fièrement, sont «prêts à se battre ce soir». Hier, The Mail, dimanche, est devenu le premier journal à visiter les deux bases militaires majeures de Guam, la petite île du Pacifique. Dans le dernier cycle d'une série de menaces terrifiantes, le régime stalinien du tyran nord-coréen Kim Jong Un a promis de tirer quatre missiles balistiques près de l'île.

Deux sous-marins de classe SSN 688 et leur navire d'approvisionnement, l'USS Emory S Land, à Apra Harbour. Les sous-systèmes sont équipés de 12 tubes de système de lancement vertical pour tirer des missiles de croisement Tomahawk qui peuvent transporter des ogives nucléaires. À 360 pieds et 6 927 tonnes submergés, ils sont alimentés par des réacteurs nucléaires et sont parfaits pour la guerre de grève
Deux sous-marins de classe SSN 688 et leur navire d'approvisionnement, l'USS Emory S Land, à Apra Harbour. Les sous-marins sont équipés de 12 tubes de lancement vertical pour tirer des missiles de croisière Tomahawk qui peuvent transporter des ogives nucléaires. À 360 pieds et 6 927 tonnes submergés, ils sont alimentés par des réacteurs nucléaires.

«Nous sommes sur le pied de guerre», a déclaré le porte-parole militaire Greg Kuntz. «Les systèmes sont là, nous sommes en place et nous sommes prêts à partir.
Les journalistes ont visité dimanche la base navale de Guam et la base aérienne d'Andersen sur le territoire américain et l'avant-poste stratégique, ou vivent 162 000 personnes, à seulement 2 000 milles (3704 km) de la capitale nord-coréenne, Pyongyang, d'où Kim Jong Un a menacé de lancer ses armes, probablement la semaine qui vient, pour créer un «feu enveloppant historique» autour de l'île tropicale.
Nous avons été témoins de l' imposante force militaire, de la plus grande superpuissance du monde basée à Guam ou stationne en permanence 7000 militaires.
Résultat de recherche d'images pour "guam + arsenal militaire"
Effectifs en matériels
4 sous-marins d'attaque nucléaires, 
des bombardiers B-1B capables d'effacer les bunkers de missiles souterrains de la Corée du Nord, 
des navires de combat, conçus pour une invasion terrestre, transportant la plus grand quantité d'armes présente actuellement dans le Pacifique, 
7 500 tonnes d'explosifs et de munitions, stockés dans des dizaines de bunkers en béton armé en forme d'igloo.
La vue des missiles de lancement cachée sous "des palmiers languissant" dans des eaux tropicales cristallines était une vue à couper le souffle -  "surréaliste" -.
La base navale de Guam se trouve à 15 minutes en voiture du centre touristique de Tumon, une zone animée remplie de magasins vendant des bijoux décorés d'étoiles avec la devise de Guam: «Où commence l'Amérique» (en raison de sa situation géographique, Guam est le Première base terrestre américaine à voir le lever du soleil).
Le BL-1B porte la plus grande charge utile de l'USAF et détient près de 50 records mondiaux pour la vitesse et la portée.
Le BL-1B détient plus de 50 record mondiaux de vitesse !

À trente miles, à l'extrémité nord de Guam, se trouve la base aérienne d'Andersen.C'est ici que toute attaque contre la Corée du Nord commencerait.

L'USS Coronado est un navire de combat littoral de classe Independence, conçu pour la vitesse autour d'une coque trimarienne et construit pour permettre aux marines d'accéder rapidement dans les eaux côtières peu profondes - comme celles autour de la péninsule coréenne
L'USS Coronado est un navire de combat littoral de classe Indépendance, conçu pour la vitesse autour d'une coque trimarans et construit pour permettre aux "marines" d'accéder rapidement dans les eaux côtières peu profondes - comme celles autour de la péninsule coréenne.

L'Autorité à Guam a publié le guide des résidents sur la façon de survivre à une attaque nucléaire par la Corée du Nord
Les autorités de Guam ont publié le guide des résidents sur la façon de survivre à une attaque nucléaire par la Corée du Nord.

Le directeur de l'hôtel, Ermar Reyes, père de quatre enfants, a déclaré : Lorsque vous habitez sur Guam, vous êtes habitué aux avertissements sur les typhons, mais c'est la première fois qu'ils publient un guide nucléaire. Plusieurs F-16 ont survolé l’île lors de notre visite. 

Aucun détail opérationnel des exercices n'est rendu public, mais les habitants ont signalé des observations supérieures à la normale, de F-16 et d'autres avions, y compris les avions de patrouille maritime et les navires-citernes de ravitaillement, dans les derniers jours. 
Interrogé sur les rapports selon lesquels les missiles nord-coréens pourraient frapper Guam dans les 14 minutes  qui suivrait le lancement, un membre de l'armée se mit à rire : "Ils n'arriveront jamais à nous".
Résultat de recherche d'images pour "thaad vs s400"
Andersen abrite THAAD, le système de défense de la zone High Altitude Area, un système de pointe de plusieurs milliards de dollars conçu pour engager simultanément «multiples cibles» à l'aide de radars et d'intercepteurs tirés de camions.
Résultat de recherche d'images pour "thaad vs s400"
Développé après les attaques de missiles Scud de l'Irak pendant la première guerre du Golfe en 1991, il est conçu pour abattre des missiles balistiques à courte, moyenne et moyenne portée lorsqu'ils descendent vers la Terre.
Un intercepteur PAC-3 est déployé dans le complexe d'une garnison de la Force d'autodéfense du Japon à KonanUn intercepteur PAC-3 est déployé dans le complexe d'une garnison de la Force d'autodéfense du Japon à Konan.
Un des deux bombardiers Lancer de l'armée de l'air américains B-1B est ravitaillé lors d'une mission de 10 heures qui dessert les environs de Kyushu, au JaponL'un des deux bombardiers de l'armée de l'air américaine B-1B est ravitaillé lors d'une mission dans les environs de Kyushu, au Japon.
Il y a un stoïcisme certains chez les insulaires, mais aussi des préoccupations très réelles. La dernière rumeur répandue comme un incendie de forêt est qu'une attaque pourrait venir dès lundi ou mardi.
Padgy Conlu, 28 ans, est marié à un soldat. «Mon mari me dit de ne pas m'inquiéter, que tout est sous contrôle mais, bien sûr, je m'inquiète pour ma famille», a-t-elle déclaré.
Personne ne veut la guerre. Nous voulons simplement que tout cela s'arrête et disparaisse. Nous voulons simplement revenir à notre tranquille vie sur l'île.
Toutefois, si les États-Unis et, potentiellement, des alliés de longue date comme le Royaume-Uni, doivent faire la guerre, les forces de Guam sont prêtes.
Résultat de recherche d'images pour "guam + arsenal militaire"
Source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-4785764/Inside-Trump-s-air-force-naval-bases-Guam.html

Le dictateur coréen Kim Jong-un a cédé devant les menaces du Président Trump, qui avait promis de « déclencher le feu et la fureur » si la Corée du Nord menaçait un territoire américain, puis le lendemain, en réponse aux critiques, a dit qu’il n’avait peut-être pas été encore assez dur dans ses menaces et a remis une couche.

Donald Trump a gagné sur toute la ligne, et a humilié ceux qui, dans les rédactions, le critiquaient et juraient qu’il allait déclencher un conflit mondial. Alors ils se sont abstenus de dire que Kim a pris peur et fait marche arrière.

  • Trump avait gagné une première bataille en obtenant des sanctions économiques contre la Corée du Nord au Conseil de sécurité de l’ONU par 15 voix contre 0 : il avait réussi à mettre la Russie et surtout la Chine de son côté.
  • Il avait remporté une seconde victoire lorsque la Chine a déclaré qu’en cas de riposte des Etats-Unis à une attaque nord-coréenne, elle resterait neutre, laissant tomber son seul allié stratégique, qui s’est senti soudainement bien nu.
  • Trump a réussi un troisième tour de force lorsque la Chine a décidé (1), il y a 3 jours, de suspendre ses importations de fer, de minerais et de fruits de mer depuis la Corée du Nord, en plus de l’arrêt des importations de charbon déjà entériné.
  • Et le Président Trump a remporté la dernière manche en faisant plier Kim Jong-un. Trump a pensé que des propos directs et crus, à mille lieues du feutré discours diplomatique, seraient capables d’être compris par le Coréen qui a rappelons-le, a été exposé à la culture occidentale lorsqu’il a fait ses études dans une école privée de Bern, en Suisse, et comprend l’anglais sans avoir besoin d’un traducteur.
  • La parole est aux bidonnants experts et boutonneux spécialistes qui ont tous prédit que Trump perdrait l’élection

    Je pense que si un expert français avait prédit la victoire de Donald Trump à la présidentielle, il n’aurait plus jamais été invité dans les débats. Seuls les incompétents qui se sont trompés ont droit de cité :
    • Dans Le Monde (2), un imbécile, Gilles Paris, affirmait le 8 août que la réponse agressive de Donald Trump aux menaces de Pyongyang était « manifestement improvisée ». Pauvre journaliste. Il est payé par son journal à ne rien faire ? Envoyé permanent à Washington, Le Monde jette l’argent par les fenêtres avec lui : il est incapable, après 7 mois de présidence, de comprendre le président américain ! Paris ajoute que « le durcissement du ton de Washington… n’a pas produit plus de résultats ». Il bouffe son chapeau, Paris avec la capitulation de Kim. Si « le Parisien, il vaut mieux l’avoir en journal », le Paris, il vaut mieux pas l’avoir au journal.
    • A l’Obs, ils ne sont guère plus futés. Pour parler « d’escalade apocalyptique » des tweets de Trump, ils n’ont rien trouvé de mieux que de demander son avis … au créateur d’une série télé (je jure que je ne vous mens pas !), David Simon, pour critiquer Trump (4).
    Ce dernier a déclaré que Trump est « tombé bien bas, parce que son discours commence à ressembler au leader suprême de la Corée du Nord ».
    Passé le niveau zéro du choix d’un réalisateur de série pour parler d’Affaires étrangères et de conflit auxquels il comprend autant que ma tante le fonctionnement d’un accélérateur de particules, ils ne savent pas encore, les simplets de l’Obs, qu’Hollywood est presque à 100% Démocrate et anti-Trump ? Demander à Hollywood ce qu’il pense de Trump, autant demander à Mediapart un avis sur Israël, vous aurez probablement une réponse plus honnête.
    Au passage, je vous indique qu’Hollywood a officiellement renoué avec le maccarthysme : Dennis Prager, un des commentateurs conservateurs les plus respectés d’Amérique, a fait l’objet d’une chasse aux sorcières, cette semaine, pour lui faire interdire de conduire l’orchestre philharmonique de Los Angeles (Prager est aussi chef d’orchestre), et des musiciens ont refusé d’être dirigés par lui en raison de son positionnement pro-Trump (3). Quand je dis maccarthysme, je n’emploie pas des mots à la légère.Résultat de recherche d'images pour "Philippe Corbé,"
    • Philippe Corbé (ci-dessus), correspondant de RTL aux Etats-Unis, n’est pas moins niais. Il affirme, complètement perdu par la situation, que les menaces de Trump sont juste « du bruit et de la furie ». Lui aussi doit raser les murs en apprenant que Kim a prudemment reculé !
    • Résultat de recherche d'images pour "Paul Guyonnet,"
    • Quant à Paul Guyonnet (ci-dessus), le journaliste abruti qui évoque dans le Huffpost des « propos polémiques et belliqueux » du président Trump « qui ont suscité de très nombreuses réactions et la crainte d’assister aux débuts d’un conflit majeur », on comprend que le HuffPost, qui est en perte de vitesse et n’a pas assez de lecteurs pour un site internet autonome (il est adossé au Monde) n’a pas les moyens de s’offrir un vrai journaliste pour couvrir les sujets qui demandent une certaine finesse d’analyse. Gros flop du Huffflop. Je lui prédis le même sort que Rue89.
    A se demander ce qu’ils ont appris à l’école de journalisme et s’il faut un certificat de médiocrité pour être recruté ! Quelle bande de bons à rien et de bras cassés ! J’avoue que je me bidonne à les lire. Ne le répétez pas.

    Conclusion

    Je suppose que ces journalistes, qui finalement ont plus la trouille de Trump que du nucléaire Nord-Coréen, vont avoir du mal à assimiler la réaction de Kim et celle de Trump et trouver des explications à la mords-moi-le-nœud.
    Il y a deux jours le leader suprême a décidé de ne pas lancer ses missiles sur Guam. Il a tenté une très pataude sortie en forme d’ultimatum et déclaré qu’il « pourrait changer d’avis si les Yankees persistent dans leurs actions imprudentes et extrêmement dangereuses ».
    Le président Trump, sans perdre l’avantage, a eu cette intelligence de l’art de la guerre qui consiste à ne jamais humilier un ennemi écrasé, tout en maintenant une forte pression sur l’agresseur du monde libre (n’attendez pas que les journalistes comprennent cette phrase) et a tweeté :
    « Kim Jong un de Corée du Nord a pris une très sage et très raisonnable décision. L’alternative aurait été à la fois catastrophique et inacceptable ! »
    Je l’aime bien ce président, il a de bonnes idées et des réactions saines. Et je ne vais pas verser une larme pour les cons sur orbite. Qu’ils tournent.
    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.